LOGEMENTS SOCIAUX - LE CLOS JOULIO PENNES-MIRABEAU

Logements sociaux : ça va bouger !

Les diverses propositions du Premier Ministre le 26 octobre dernier ont fait l’effet d’une bombe : Manuel VALLS a annoncé la délivrance de permis de construire par le préfet à la place du maire ou l’achat de logements anciens par préemption pour en faire des logements sociaux pour 36 communes « mauvaises élèves » comme les Pennes-Mirabeau. Sans compter que les préfets pourront attribuer eux-mêmes des quotas de logements sociaux à la place des maires récalcitrants.

UN COMBAT DE TOUS LES JOURS

Depuis de nombreuses années, notre combat aura été celui de ne pas voir se développer à grande échelle sur notre commune le nombre de logements sociaux. Pourquoi ? Notre souhait : que les logements créés au sein de la commune soient réservés et destinés exclusivement aux Pennois, par l’intermédiaire des quotas de logements attribués par le Maire et la municipalité.

Sauf que jusqu’à ce jour, nous devons faire face à la plus sombre opacité quant à l’attribution des logements sociaux sur notre commune. Quand, dans les villes voisines, les diverses commissions sont composées d’élus de la majorité et de l’opposition, voire de jurés citoyens, aux Pennes-Mirabeau, seul le Maire et sa majorité font la pluie et le bon temps dans ce domaine.

LE NOMBRE DE LOGEMENTS SOCIAUX VA AUGMENTER

Avec seulement 6,12% de logements sociaux, les Pennes-Mirabeau se retrouve dans le viseur de Manuel VALLS. Il parait donc inéluctable que le nombre de constructions de ce type de logements va s’accroitre dans les mois qui viennent. Il faut dire que la demande de pennois, attendant un logement social sur notre commune depuis de longues années, ne cesse d’exploser alors que l’offre ne suit pas la même tendance. 50% des pennois, de par leurs revenus, peuvent y prétendre.
Nous sommes néanmoins stupéfaits de la méthode qu’utilise le Gouvernement socialiste. L’argent des contribuables pennois permettrait donc de financer des logements sociaux qui seraient attribués à des demandeurs, sans aucune consultation des élus municipaux ?

NOS PROPOSITIONS

L’un des paramètres à prendre en compte, surtout après le drame qui s’est abattu sur le secteur de Cannes il y a quelques semaines seulement : l’urbanisation de notre commune. Le risque d’inondations doit prévaloir sur le « tout goudron ».

Le nombre de logements sociaux allant augmenter, nous souhaitons être certains que ces derniers bénéficieront aux pennois, et non plus aux  »amis marseillais » ou  »aux amis de mes amis ». Il faut dire que l’image des Pennes-Mirabeau se dégrade partout d’années en années, comme sur RTL (extrait audio ci-dessous) ou dans le Monde, qui parle de notre commune comme la « banlieue de Marseille [qui] a toujours joué la carte de la résidence individuelle pour loger les cadres du port de Marseille et les fonctionnaires des administrations de la capitale régionale« , au grand dam des pennois qui patientent depuis de longues années. Où, comment remercier M. Guérini…

Nous demandons que les commissions d’attribution de logements sociaux soient ouvertes à l’opposition, et qu’un jury citoyen soit mis en place, comme la ville de Salon de Provence le propose depuis de nombreux mois. Deux propositions vivement rejetées de nombreuses fois par M. AMIEL et sa majorité.

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *