PENNOIS AVRIL 2015

LE PENNOIS : édito avril 2016

Notre commune a besoin de logements, oui c’est indéniable ! En revanche, notre commune n’a pas besoin de projets immobiliers qui détruisent le cadre de vie dont les pennois profitent depuis plusieurs décennies.

Nous avons passé la barre symbolique des 20.000 habitants il y a quelques mois seulement. La population démographique de notre commune est donc en croissance constante. Une commune dans le viseur de l’Etat et du Préfet qui, sous la pression du gouvernement de gauche actuel (soutenu par Michel AMIEL et sa majorité en 2012), n’a pas hésité à menacer les Pennes-Mirabeau de fortes sanctions si elle ne rattrapait pas son retard en terme de logements sociaux.

Néanmoins, cette situation ne doit pas permettre tout et n’importe quoi. Cette nécessité ne doit pas donner le droit à la majorité actuelle dirigée par M. AMIEL de pouvoir autoriser tous types de projets, de quelque nature que ce soit. Pour exemple, le projet immobilier prévu en plein cœur des Amandiers, est une véritable catastrophe !

Alors que les habitants des Amandiers (quartier résidentiel composé de plus de 400 foyers) doivent déjà aujourd’hui composer avec de grandes difficultés de circulation (voies très étroites) et de stationnement, le lotissement des Rosiers aggravera encore plus ces problématiques. De quoi créer un climat et un environnement invivable pour les futurs et actuels habitants de ce formidable quartier. Il ne s’agit pas là d’un simple vis-à-vis avec de nouveaux voisins. Pire, il a fallu la très forte mobilisation de tous les riverains, pour que M. AMIEL daigne évoquer publiquement ce projet ! Plutôt désolant.

Il nous parait important, dans ce type de situation, de créer le plus de communication et d’échanges possibles avec la population concernée afin d’obtenir, après concertation, le projet le plus adapté ; plutôt que de mettre les riverains au pied du mur, laissés dans le flou le plus complet. Un flou qui occultera l’attribution des logements sociaux qui pourraient être construits au sein de ce nouveau lotissement, M. AMIEL refusant encore et toujours notre intégration aux commissions d’attribution de ces logements malgré nos nombreuses relances.


Questions orales – Conseil Municipal du 31 mars 2016

Comments

comments